0026_26A (1)

Dans l'oeil d'Eoz

Zoe, jeune parisienne aimant la vie, la nuit et la photographie nous ouvre les portes de son monde pour un voyage en images sur son quotidien. De ses folies nocturnes à ses voyages en passant par sa bande de potes Contrefaçon, découvrez le travail de cette talentueuse artiste.

1/ Hello Zoe, peux-tu te présenter rapidement ?

Yoo, alors je suis parisienne et étudiante en arts plastiques. J’aime bien toucher à pleins de médiums* différents, au départ ma démarche artistique a commencé à travers la peinture, puis j’ai fait quelques installations vidéo, tout mon travail avait pour même thématique “le corps”, et de là, je me suis lancée dans la photo. Et sinon je fais un petit job étudiant à côté en tant que vendeuse, pour pouvoir me payer mes pellicules, haha.

2/ Depuis combien de temps fais-tu de la photo ? Qu’est-ce qui t’as poussé à en faire? 

J’ai commencé à faire de la photographie il y a un peu moins de deux ans, j’ai toujours eu une passion pour l’image. Au tout début j’ai commencé par lancer mon compte Instagram @jesuiseoz_ où je voulais partager des moments intimes de ma vie à travers la photographie, en m’inspirant un peu du travail de l’artiste plasticienne Sophie Calle. Une sorte de journal intime en images qui serait ouvert à tous. Au fur et à mesure je me suis retrouvée avec une quantité incroyable de photos de soirée (parce que je sors beaucoup beaucoup haha) et ça ne collait pas du tout avec l’esprit de ce premier compte, qui se rapporte plus à des images à caractère paysagiste, ou poétique. Maintenant je chevauche entre deux mondes celui de eoz qui raconte mon intimité, et celui de parade nuptiale où je partage un seul et même voyage : celui que je fais la nuit. 

3/ Sur ton compte Instagram @parade_nuptiale___ , tu nous fait vivre tes aventures nocturnes, en quoi la photographie de nuit te plaît ?

Je pense que c’est le monde de la nuit qui me plait en général. Comme je l’ai exprimé plus haut, je sors beaucoup déjà à la base. C’est l’occasion de découvrir les gens sous un nouvel angle. J’adore traquer les différentes personnalités, les différents looks qui se dégagent de cette univers, que ca soit en festival, en club ou en teuf. C’est une sorte de monde parallèle où chacun peut être qui il veut, et je trouve ça beau. Je pense que le fait d’utiliser l’argentique comme outil permet de re sacraliser un peu la photographie en général et encore plus celle de nuit. En soirée ou en concert, on voit toujours tout le monde collé à son smartphone en train de faire des photos ou des vidéos. Avec l’argentique c’est vachement plus authentique, et surtout t’as un nombre limité, alors tu peux pas prendre tout et n’importe quoi en photo. 
Bon et puis, surtout, ce qui est cool avec la photographie de nuit c’est que je peux prendre des photos et en même tant me défouler sur du bon son ! 

4/ Tes photos sont très directs, l’instant est-il plus important que la technique à ton goût? Est-ce important pour toi de garder ce coté « réel » ?

Évidemment, j’aime immortaliser un instant précis, une seconde qui s’est passée et qui n’existera plus. J’adore revivre la soirée à travers mes photos, surtout avec l’argentique, t’as cette sensation de vraiment redécouvrir la soirée ! Et puis je suis quelqu’un de très nostalgique et j’aime bien garder des photos de tous les moments que je passe, c’est une manière pour moi d’avoir une trace visuelle.  Au delà de ça, j’essaye de développer ma propre technique, et mettre en avant une vraie démarche artistique, le fait que mes photos soient prises sur l’instant c’est quelque chose de voulu, ça rend la photo vraie, avec des émotions brutes et sincères. On retrouve un peu le côté « journal intime » que j’expliquais plus haut, je veux vraiment plonger le spectateur dans le moment, essayer de lui transmettre toute l’atmosphère et les sentiments qui se dégagent. S’ il y avait une mise en scène il n’y aurait plus d’intérêt pour moi. 

5/ As-tu des influences dans l’image? 

J’adore l’esthétique des photos de Mr Iozo. Sinon je m’inspire aussi pas mal des deux photographes de la nuit, dont j’adore le travail, Generation xxy, et évidemment Jacob Khrist.
Justin Davies est un autre artiste photographe que j’ai connu via instagram et son travail m’a énormément touchée, mais c’est beaucoup plus lié à mon boulot de création personnelle où je travaille sur le corps. 

6/ Tu suis également le groupe Contrefaçon et tu arrives à nous faire rentrer dans leur intimité, quelle relation tu entretiens et depuis quand travailles-tu avec eux? 

À la base, je suis intimement proche d’un des membres du groupe, donc forcément j’ai été amenée à les fréquenter, faire des soirées avec eux, puis petit à petit j’ai commencé à les prendre en photos durant leurs dates. Ils ont bien aimé le rendu, ils ont utilisé mes photos pour leur instagram et puis maintenant c’est devenu quelque chose d’habituelle, je suis un peu leur photographe attitrée ahah.  Dernièrement on a fait un shooting cool en collab avec Koché, c’était une des premières fois où je les prenais en photo en dehors des soirées, et c’était une nouvelle expérience mais ça m’a bien plu ! 

7/ Et pour finir, ta track du moment ?

Le nouveau featuring de Jumo et Hyacinthe, « Première Vie », que j’écoute en boucle. Et puis forcément j’attends l’album des Contrefaçon avec impatience haha.

Médium* : Matières ou techniques artistiques

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Thomas Restout

Thomas Restout

Photographe passionné depuis son plus jeune âge, Thomas écume la nuit parisienne depuis plusieurs années, armé de son appareil. Touche à tout et perfectionniste, il porte le projet depuis sa fondation en 2017.