image-2018-11-07

Deependance : La minimale à l'honneur le 10 novembre

Le tout jeune collectif parisien Deependance vous attend samedi 10 novembre pour 10h de minimale et de tech house. En attendant le jour J, on est passé leur poser quelques questions sur leur parcours, leur projets etc !

  • Hello Deependance, tout d’abord, une petite présentation ? 

Salut l’équipe ! Deependance est né il y’a un an avec le projet Minimania, qui est l’association du collectif Neighbor Hood et le nôtre, pour des afters en warehouse. On s’est lancé en solo en mai dernier avec la première édition des soirées Deependance. Notre ligne artistique basée sur une Minimale, Tech-House, similaire à ce qui se fait au Royaume-Uni en ce moment (par exemple au Fuse London). En termes d’ambiance, on s’inspire notamment d’Elrow car leur vision de la fête correspond à la notre.

  • Ça fait un an que votre collectif existe, vous vous démarquez par votre ligne artistique axée Minimal et Tech-House : Comment est née cette idée ? 

L’idée est née d’un constat simple : Aucun des artistes que l’on écoute au quotidien ne se produisent à Paris, ou alors très peu. Les têtes d’affiches sont souvent les mêmes et il n’y a pas vraiment de surprises ni de prises de risques. Depuis que le « mouvement warehouse » existe, la scène est partagée entre la techno et la micro house. On s’est donc dit que ça serait bien de faire découvrir au public notre univers, et qu’il y a une réelle place à prendre.

  • Pourquoi ce nom, « Deependance » ?

Deependance c’est le lien entre dépendance profonde, d’où le deep, à la musique, à la dance et à la fête de manière générale. On trouvait le jeu de mot sympa donc on est partit là dessus.

  • Et dans l’orga, qui fait quoi ? 

On est deux dans l’équipe. Même si on prend chacune de nos décisions ensemble, on a chacun un rôle bien définit : Mayel s’occupe de la partie communication, relations presse  et Anthony s’occupe de la direction artistique. En ce qui concerne la scénographie, la décoration, on décide ensemble. On partage la même vision de la fête donc c’est beaucoup plus facile pour avancer. Le fait qu’on ne soit que deux facilite beaucoup de choses mais en complique d’autres. On peut tout de même compter sur notre réseau, nos amis pour nous aider le jour de l’événement.

  • Que pensez-vous de l’évolution de la scène électronique, et notamment minimale, à Paris ? 

La scène électronique parisienne ne s’est jamais aussi bien portée. Avec l’émergence constante de nouveaux collectifs, la scène est en perpétuelle évolution. On constate que la techno reste le style le plus démocratisé, que ce soit en warehouse ou en club. Cependant, la minimale n’est pas en reste avec des collectifs solides comme Distrikt ou Insomnia qui sont présents depuis plusieurs années, et l’arrivée de nouveaux acteurs comme Pisica et Organïk qui contribuent à l’essor de la minimale sur Paris.

  • C’est plus difficile d’organiser des soirées sur la capitale aujourd’hui ?

Tout dépend du type de production d’événement. En ce qui nous concerne, ça devient de plus en plus compliqué d’organiser un événement de type warehouse. En fait, le mouvement « rave  » est de plus en plus stigmatisé par les autorités et l’opinion publique. Vous avez sans doute pu constater le nombre grandissant d’annulations de soirées. Certaines choses sont mises en place mais cela reste trop insuffisant. Il est d’ailleurs maintenant quasi impossible de trouver un lieu propice à ce genre d’événements sans avoir de bâtons dans les roues, malgré les autorisations et la volonté de respecter les normes.

  • Votre événement de rêve, vous le voyez comment ?

L’événement de rêve ça serait de créer notre festival au cœur de la jungle avec tout nos artistes préférés.

  • Un son du moment ?

  • Parlons de votre prochaine soirée qui se déroulera le 10 novembre prochain, dites-nous en un peu plus !

Ça va être la folie ! La soirée se déroulera de minuit à 10h00 (et plus si affinités…), dans une warehouse aux portes de Paris, inconnue du public. Pour l’occasion, on invite trois étoiles montantes de la scène minimale européenne : Michael James (UK), F.eht (DE) et Alessio Viggiano, notre italien préféré qu’on a rentré dans le crew en tant que résident. Pour les accompagner, nos copains de Pisica ouvriront le bal, suivis de notre résident et fondateur Mooglee.

Le hangar sera submergé par une faune et une flore délirante. La décoration ainsi que le chill seront réalisés par nos propres soins. Une recette simple : allier l’underground au confortable. C’est pourquoi les chill zones seront à base de canapés et fauteuils, de tables basses et de plantes, afin que tout le monde s’y sente comme à la maison ! 

Triple D se chargera de nous confectionner une jolie scène en accord avec le thème afin de proposer une expérience unique !

  • Un mot pour la fin ?

On vous en déjà trop dit, on vous attend le 10, venez festoyez avec nous !

 

Lien de l’événement : Deependance 002 : So sage party

Pour acheter ta place, c’est ici !