image-2019-03-21

Entre fête et liberté des sens, le collectif Glory Hole.

Aujourd’hui, focus sur un événement qui a déjà fait un peu parler de lui dans notre chère ville lumière. Glory Hole est un concept assez rafraichissant dans la capitale, puisqu’il change les règles classique de la warehouse par la volonté de créer un espace libertin assumé et sans contraintes. Après trois édition réussie, la quatrième s’annonce plus puissante que jamais.

On y retrouvera des noms très peu présents chez les autres collectifs, portants tous les uns les autres des projets artistiques forts, comme le duo londonien NAKED et leur productions au frontières de la musique et des sens, le producteur suisse S S S S, expérimentant un son industriel et EBM des plus sombres.

Deux artistes transalpins sont également programmés pour cette quatrième édition : Code27, résident du collectif Mutate, et pointure de la techno italienne, mais également Mai Mai Mai et son atmosphère particulière crée par les sonorités des lieux qui inspirent l’artiste.

Un line-up totalement en phase avec la soirée – qui a accueilli d’ailleurs pour sa troisième édition un show drag plus que réussi – et qui laissera un espace d’expression corporelle libre au sein des backrooms préparées pour l’occasion, comme lors des éditions précédentes. Un event riche en musique expérimentale, ce qui, selon moi, reste l’occasion pour un bon nombre de technophiles de s’ouvrir sur de nouveau horizons musicaux en s’affranchissant des codes mentaux que l’on façonne depuis nos premières soirées : Des manières de faire la fête, et d’exprimer un message artistique, il y en a une infinité.

On valide donc une fois de plus l’initiative, la richesse artistique du projet qui apporte alors un regard different sur ce monde qui nous plait tant, en mettant en avant aussi bien liberté musicale que sexuelle. L’event, c’est ici.

Remerciement à Alex Quillard de l’équipe Nightmess pour ces photos prises lors de la troisième édition de Glory Hole.

Rayane Malki

Rayane Malki

Éternel curieux, les études littéraires de Rayane l’ont poussé à développer sa plume et à élargir sa culture. Il co-fonde le projet avec Thomas, et gère le site et son design en plus de la rédaction des articles.