FRA_02

Fantasme Brisé : Un single hypnotisant et puissant signé VAPA.

Nous avons récemment découvert VAPA, artiste aux mélodies singulières dont le dernier single Fantasme Brisé nous a emporter dans un voyage singulier. Nous lui avons posé quelques questions.

1. Hello ! Tout d’abord merci d’avoir accepté de discuter avec nous ! Peux-tu te présenter et nous raconter comment est né ton projet VAPA ?

J’ai réellement commencé la musique au lycée vers 18 ans.

Au départ, j’ai appris la guitare de manière autodidacte, j’écoutais beaucoup de rock, du métal et c’est dans ce genre de formations que j’ai commencé à faire mes premières scènes, mes premières compos.

Après avoir vécu plusieurs expériences de groupe, j’ai décidé de développer autre chose. Pour la petite histoire, à cette période, je faisais beaucoup de voyages en train et c’était propice à démarrer la MAO.

2. Ton nom VAPA signifie « Vous n’Avez Pas d’Avis », pourquoi avoir choisi ce nom d’artiste ?

Tout est lié au premier morceau, qui m’a donné un fil conducteur pour le reste du projet. Cette phrase est tirée d’un discours de Coluche qui s’adressait à un public d’étudiants « On ne vous demande pas votre avis ou vous n’avez pas d’avis ?« . Ça interpelle !

3. Nous avons vraiment beaucoup aimé ton dernier single « Fantasme Brisé » en collaboration avec la poète Camille Sorèle, il y a quelque chose de vraiment envoutant dans la manière dont l’histoire est racontée, peux-tu nous en dire un peu plus sur la signification du texte ? Y’a t-il un message particulier ?

Camille s’est intéressée à la personne de Marilyn Monroe depuis longtemps et c’est en m’envoyant plusieurs de ses travaux que cette idée est devenue une évidence. 
Selon les mots de Camille, Fantasme brisé raconte donc l’histoire de Marylin Monroe, icône idolatrée mais psycholgiquement détruite.

« Ne me secouez pas je suis pleine de larmes ». S’identifier à Marilyn, quel cliché ! Et pourtant cette douleur de vivre, cet espoir mis en la psychanalyse, les médicaments pour rester debout et dehors, toujours ce lumineux sourire, toute offerte au désir des autres.

Cette vie amoureuse minable, ces hommes qui n’aimaient que son image et pas la femme qu’elle était. Et la mort, ce lancinant rappel de la mort, toujours. « Me lever, travailler, aimer et ne pas mourir ». Voilà vers quoi tendaient ses efforts. Ne pas mourir. Pas par désir de vivre, mais par obligation.

Juste parce que ne pas mourir, c’est ce que l’on est sensés faire. Marilyn se cherchait dans le regard des autres.

Cover du single

4. As-tu des inspirations dans ton travail ? Si oui, peux-tu nous en dire un peu plus ? (Que ce soit en termes de musique, mais également cinéma, design…)

Niveau musique, je prends plaisir à suivre les Thylacine, Rone, Agoria, Essaie Pas, French 79 mais aussi la scène techno allemande.

5. Tu as sorti depuis 2017 plusieurs morceaux, si tu devais choisir un seul son qui te représenterait le plus, lequel choisirais-tu ?

Je pense qu’Enivrez-vous me représente bien avec ses lignes mélodiques, la guitare, le texte marquant et le côté dansant. Du « Dancefloor conscient ». 

VAPA – Enivrez-vous / Octobre 2019

6. As-tu des projets pour la suite ?

L’année 2020 s’annonce chargée avec le lancement d’une campagne de crowdfunding pour le prochain clip, des lives, des nouveaux morceaux, des collab et des surprises ! 

7/ Pour finir, ton artiste ou ta track « guilty pleasure » du moment ? 🙂

Clara Luciani > Les Fleurs ! Gros kiff.

Vous pouvez retrouver VAPA sur ses réseaux Facebook et Instagram ainsi que sur les plateformes Deezer et Soundcloud !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter