image-2017-10-271

#LeBruitDesMurs : Geko

Entretien avec Geko, tagueur de la région parisienne.

22882453_1924061947857682_1729391173_o

« J’ai commencé à taguer en premiere, à 16 ans à peu près. À la base j’aimais bien, mais sans plus. Dans mon crew de l’époque, il y avait un mec qui avait des intérêts bien plus artistiques que nous. Il s’intéressait beaucoup à ce milieu. Naturellement, ça à été le premier à sortir dans la rue avec un marqueur, puis des bombes. Quand l’occasion s’est présenté, on a suivi le délire. »

22879179_1924061991191011_1240752341_o.jpg

« Je cherchais un blaze, j’avais commencé à poser quelques trucs sur les murs, mais c’était pas encore vraiment recherché. Du coup, je me prenais la tête en cours, sur mes cahiers, à essayer de trouver un blaze et le flow qui va avec. Ce que j’aimais bien dans ce que je voyais sur les murs, c’était la manière dont les lettres étaient reliées entre-elles, comment ça s’imbriquait. Je savais deja que je voulais un blaze à quatre lettres, un truc vif, ou t’as pas besoin de lever ton marqueur. J’ai fait des pages et des pages de combinaisons possibles entre consonnes et voyelles, puis j’ai gardé GE et KO. »

22879059_1924063001190910_1831931023_o.jpg

« Egotrip. C’est du putain d’egotrip en réalité. C’est la satisfaction, la sensation que ça te fais de savoir que y’a ton blaze partout. Tu passes devant ton truc, t’es content. L’amour pour la punition surtout, voir ton blaze remplir une pièce, du sol au plafond. »

22883632_1924061927857684_1201393133_o.jpg

« Des problèmes avec les flics ? Ouais, une fois j’étais avec Tras. On avait passé la soirée à smoke et à dessiner, et on se motivait pour bouger dans une maison abandonnée pas très loin. Il devait être minuit, on entendait du bruit dans la rue, c’était des potes un peu bourrés. Ils nous ont suivi, comme ils touchaient un peu aux bombes, et on a fini par retaper tout le spot. Quand on est sorti, on a croisé une voiture de police. Les deux potos on commencé à courir, mais pas nous. Aucune synchro, du coup on s’est fait prendre. Une autre fois à cause d’une putain de caméra. »

22882565_1924061954524348_1369171940_o.jpg

Photos : Thomas Restout

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Rayane Malki

Rayane Malki

Éternel curieux, les études littéraires de Rayane l’ont poussé à développer sa plume et à élargir sa culture. Il co-fonde le projet avec Thomas, et gère le site et son design en plus de la rédaction des articles.