image-2017-12-08

Crowsnest retourne le Batofar

Nous étions présents, mercredi dernier, au Batofar, pour la soirée du collectif Bass 2 Bass avec les artistes de Crowsnest. Une soirée majestueusement bordélique qui nous donne une furieuse envie d’y retourner !

L’israélien LUX, durant son set monstrueux.

Apres une superbe entrée en matière du Dr Casey Kush, bel artiste amateur gagnant du warm-up contest organisé pour la soirée, et qui aura l’occasion de travailler avec nous très vite, la soirée s’enchaine sur un excellent set de Insuspect garni de hardstyle pendant que le navire se remplit.

Débutent alors les trois sets incroyables des artistes du label Crowsnest, à la pointe d’une musique sombre et percutante qui fera trembler la foule pendant trois heures. Nous avons échangés quelques mots avec LUX et l’allemand Code:Pandorum, peu avant le début du set de ce dernier.

Myosis devant la foule
  • Le début de Crowsnest ?

LUX : On a commencé en 2015 ! J’étais le premier upload sur la page, et depuis on kiffe toujours autant.

  • Ta musique ?

LUX : J’innove le plus que possible. Je m’inspire de beaucoup de choses, beaucoup de 2-step, de vrais rythmes de batteries par exemple. Je m’y plonge et je me donne à fond pour créer le meilleur son possible.
Code:Pandorum : Je suis complètement fan de musique d’horreur, j’essaie de choper la substance qu’il y a dans tout les trucs lié à l’horreur, et j’essaie de le dégager dans mon style et dans ma musique.

  • Le nom ?

Code:Pandorum : C’est un film complètement fucked up, que personne ne connait ! Mais c’est aussi parce-que Crowsnest, c’est le haut du mât sur un bateau pirate, et c’est ce qui t’élève en haut. C’est un peu ce que fait le label, aider des petits artistes à grimper et réussir.

  • La Dubstep aujourd’hui ?

LUX : C’est un bordel, j’adore ! Les gens sont fous et adorent ma musique, et moi aussi je les adore. Seulement, il y a un truc que j’aimerai changer : j’aimerai bien que les gens fassent plus attention à eux et arrêtent un peu avec la drogue tout le temps. Un des truc les plus importants : la musique c’est censé être sain !

  • Tes influences du moment ?

LUX : En ce moment, beaucoup de metal, surtout progressif ! J’adore aussi Linkin park.
Code:Pandorum : L’horreur et le creepy.

  • Ta fierté ?

LUX : L’évolution de ma musique avec le temps, je pense.
Code:Pandorum : Faire ce qui me plait, avoir mon style à moi, et pas forcement suivre ce qui se fait ailleurs. J’ai les gens qui m’aiment derrière moi et c’est aussi une fierté !

  • Paris ?

LUX : Les gens sont fous ici, bien vénères ! Ils aiment la musique autant que moi !
Code:Pandorum : Probablement un des meilleurs publics, facile.

Après ces trois set monstrueux, c’est Disorder Type qui passe aux commandes pour proposer un set de drum and bass explosif, avant de laisser les platines au patron de la soirée, Myosis, qui enchaine les bangers comme le titre 4 Barz of Fury de Funtcase, que vous pouvez entendre ci-dessus. Une soirée d’une violence rare, un enchainement de set puissants et un Batofar rempli : Le pari est réussi pour cette édition qui n’est pourtant pas la dernière de l’année 2017.

En effet, Bass 2 Bass remet ça le mercredi 20 décembre, même lieu, pour une édition de noël dont on attend le line up avec impatience. L’événement, c’est par ici

Rayane Malki

Rayane Malki

Éternel curieux, les études littéraires de Rayane l’ont poussé à développer sa plume et à élargir sa culture. Il co-fonde le projet avec Thomas, et gère le site et son design en plus de la rédaction des articles.