image-2019-04-08

#LeBruitDuJour - Bodak présente Minor.

Rares sont les artistes qui arrivent à vous envouter des la première écoute. Il y a quelques semaines, Bodak nous a fait parvenir son EP, Minor. Nous sommes immédiatement tombés sous le charme et avons voulu en savoir plus sur ce jeune producteur de 25 résidant à Bruxelles.

1- A quel âge as tu commencé la musique ? Comment t’es venu cette passion ? 

J’ai démarré le violon à l’âge de 7 ans et sous la veillée d’un grand père pianiste. Il travaillait 8 à 11h par jour son piano, cela m’a vite imprégné. Plusieurs fois l’envie d’arrêter s’est manifestée mais je me suis vite rendu compte que je ne ferai que ça.

2 – Tu es passé par le CRR de Paris puis le Royal College à Londres, qu’a tu retenu de ces enseignements ? 

Je suis entré au CRR de Paris à 14 ans, ce qui est déjà assez tard. J’ai reçu le traditionnel enseignement russe auprès du professeur Larissa Kolos.

Pendant 5 ans, j’ai appris l’exigence, la discipline et la recherche de perfection. C’était très dur par moments mais terriblement formateur. Au travers du violon et la musique en générale, j’ai reçu une véritable éducation. J’ai aussi appris l’écriture musicale et cela a renforcé mon envie de composer qui se prononçait de plus en plus. Lorsque je suis entré au Royal, je voulais être compositeur et non plus violoniste concertiste. J’ai fais le choix de ne pas continuer mes études au Royal. Je suis rentré à Paris et nous avons lancé Allard & Bodak avec mon ami et associé Baptiste Allard.

3- Peux tu nous en dire plus sur Allard & Bodak ?

C’est une maison de production et d’édition musicale au sein de laquelle mon associé et moi-même réalisons des musiques pour l’image.Nous avons commencé par composer et éditer un premier recueil de pièces pour piano et violon puis plusieurs BO de longs et courts métrages s’en sont suivis. Nous avons fait un peu de pub aussi. Nos projets alimentent notre catalogue et cela le rend unique. Bodak est également édité chez nous.

4- A partir de quel moment la musique électronique à commencé a t’intéresser, et depuis combien de temps en produis tu ? 

J’ai toujours composé en parallèle du violon. D’abord pour piano puis pour de petites formations. C’est seulement vers 17/18 ans que je me suis initié à la production de musique électronique. Dans le même temps, je découvrais les clubs et cela m’a très vite conquis, notamment avec Bromance Records. Je me suis acharné sur mon ordi, prod sur prod sur prod, j’étais obsédé. Aujourd’hui je me concentre presque exclusivement qu’à ça, cela va faire 6 ans.


5- Ton EP Minor est un vrai bijou, quelles ont été tes inspirations ? Combien de temps à tu mis pour le composer ? 

« Minor » est la suite de son prédécesseur « Erebe« . Comme son dernier, il illustre une histoire que j’ai imaginée. Elle est assez biographique et très métaphorique. Mes inspirations de base sont littéraires pour l’image, (« Ainsi parlait Zarathoustra » de Nietzsche) et musicales pour sa structure (« Tableaux d’une exposition » de Moussorgski et « Le Sacre du Printemps » de Stravinsky). « Minor » a été composé assez rapidement (2/3mois), c’est tout le reste qui a pris du temps. Une fois que je sens que j’ai un truc à dire, ça coule relativement tout seul.

6- Les 3 partie de Prologue sont également des véritables chef d’oeuvres, avec qui as tu travailler la dessus ?

« Prologue » a été réalisé par Antoine Valay. Je lui ai transmis une direction et il a parfaitement su la reproduire. Le montage est signé Estienne Rylle. Il a travaillé l’image et su rendre l’ambiance intelligible.

7- Quel est le processus de création ? Est ce que tu réfléchis à la vidéo et à la musique en même temps, ou bien les images viennent au fur et à mesure de la production ? ( ou vice versa ? )

C’est pendant la composition que je me préoccupe de susciter l’image. Je ne pense pas au rendu final en vidéo. J’ai des choses à exprimer et à défaut d’écrire des paroles, je tâche d’illuster au mieux mes pensées en musique. Et quand cela prend forme, la vidéo se dessine petit à petit.

« Prologue » n’illustre pas explicitement l’histoire d’ « Erebe » ou de « Minor ». Il résume un univers en annonce de ce qui se dévoilera progressivement par la suite.

8- Des projets pour la suite ? 

Je sortirai prochainement la BO d’une pièce de théâtre (La Ronde, d’Arthur Schinzler). Je travaille également sur la musique du prochain défilé de l’école de La Cambre qui se tiendra à Bruxelles le 29 mai. Enfin je travaille aussi sur mon troisième EP. Pas mal de musiques sont à venir (juré) 😉

Crédit : Cover réalisé par Edouard Martin Rilhac
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Thomas Restout

Thomas Restout

Photographe passionné depuis son plus jeune âge, Thomas écume la nuit parisienne depuis plusieurs années, armé de son appareil. Touche à tout et perfectionniste, il porte le projet depuis sa fondation en 2017.