image-2018-12-21

#LeBruitDuJour : Matrheim – Nullum Imperium | LBDF Premiere

Co-créateur du label Eradys Records, Matrheim est venu à notre rencontre pour répondre à quelques questions et nous a concocté Nullum Impérium en exclusivité.

Matrheim a commencé a mixer il y a un peu plus de cinq ans et a très vite eu la chance de se produire devant un public. Son nom de scène lui a été trouvé par le biais d’un ami et il l’a très vite adopté. L’intérêt que le jeune artiste porte pour la musique électronique lui vient de son père mélomane ainsi que d’autres membres de sa famille qui lui ont offert une large culture musicale.

« Celui qui m’a marqué c’est Moby, je pense que cet homme a été envoyé du futur pour nous montrer la voie de la musique électronique. J’ai commencé aussi avec du Boys Noize puis Brodinski et toute son équipe de la Bromance qui se produisait souvent au Social Club à Paris. En m’intéressant de plus en plus à la techno, j’ai passé une grosse période à écouter des légendes vivantes comme Laurent Garnier, Richie Hawtin et toute l’équipe de Détroit avec Jeff Mills, Kevin Saunderson, Juan Atkins, Derrick May etc… »

48413991_334166663841073_2063445719431249920_n.jpg

Quand on demande à l’artiste de nous décrire son univers musical, il nous répond : « Beaucoup trop large, on pourrait en parler pendant des heures ! Mais l’univers de Matrheim est un peu plus ciblé. J’aime mixer de la techno précise, avec des mélodies chaudes et entraînantes, comme par exemple les productions de J.Persoft, Opal, Lifka ou MSKD. Et le tout avec un peu d’acid de temps en temps ! Axé également sur l’ambient, c’est un style que je peux écouter et jouer à n’importe quel moment de la journée. Les artistes qui m’influencent dans ce monde sont Luigi Tozzi, Araceae, Birds ov Paradise, Evigt Mörker ou encore le grand Recondite. »

Matrheim est donc le co-créateur du label Eradys Records. Il l’a fondé il y a un peu plus de deux ans et demi avec Thomas, connu sous le nom de Monsieur Nobody : « Label techno aux influences Industrielles, Rave, Hardcore et Break. Ça reste assez vaste oui, car nous sommes assez ouvert et en 17 Ep et 3 Various Artists, on a réussi à proposer un large panel de techno assez musclée. J’ai rencontré Thomas en cours de philosophie, ce qui nous a permis de choisir le concept visuel du label qui est basé sur l’enfer de la Divine Comédie de Dante Alighieri. »

48396640_373241559905747_9186626452743782400_n

Dj résident pour le collectif New’s Cool, il nous confie : « DJ résident et membre de cette magnifique association en partenariat avec le Secours Populaire, et qui a pour but d’organiser des événements pour pouvoir amener en vacances des enfants qui n’en n’ont pas les moyens. Notre dernier événement était la Triptyque 02, à Paris, en collaboration avec nos amis du collectif et label « Parfé ». J’ai eu l’occasion de pouvoir jouer aux côtés de Keepsakes, Ørgie, Inhalt Der Nacht ou encore Ansome. »

Une préférence entre produire ou mixer, le choix est vite fait : « Plutôt produire sans hésiter ». Ayant peu de machines, il fait quasiment tout sur Ableton directement : « Je transporte mon ordinateur absolument partout et j’aime produire dans des endroits magnifiques, insolites, et à toute heure, surtout pendant des voyages »

Un artiste avec qui Matrheim rêverait de collaborer : « EndlecJ’adore sa façon de mixer, aux platines c’est un monstre ! Il se lâche totalement et arrive à faire des enchaînements incroyables, c’est un vrai spectacle à regarder, je me suis beaucoup inspiré sur sa façon de pouvoir mixer. »

48421959_360580604508151_3090697838166802432_n

Pour 2019, l’artiste est plein de projets. Il nous en a spoilé quelques uns comme sa participation à une Various Artists sur le label portugais « Blacklapse »  avec des artistes tels que WarinD, Ascorbite, TRBL ou encore son ami italien Aneed. Une track sortira le 16 février sur le label Argentin « Gomboc Records » managé par Réveillon et un EP est prévu sur un autre label Argentin « Dancefloor Impact Research » managé par Chané et Looper, enfin deux autres EP sont en préparation, mais on en dit pas plus, on vous laisse suivre ça de près.

Pour terminer, quelques mots sur « Nullum Imperium » produit spécialement pour Le Bruit De Fond : « Avec cette production à 113bpm je vous montre mon côté Ambient. Profonde mélodie avec beaucoup d’émotions et un sound design soigné pour transporter l’auditeur dans plusieurs dimensions sonores. Avec une petite touche d’acid pour relever le tout. »

Nullum-ImperiumR

Retrouvez Matrheim sur Soundcloud ou Facebook 

Photographe : Léo Vidale (qu’on remercie pour son autorisation à utiliser ses jolis clichés)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter