OGGEAR.31

OG GEAR

Aujourd’hui nous partons à la rencontre de Ludo, 25 ans, qui a passé son enfance dans la lointaine contrée d’Ile de France, à Provins. Cet habitué des trajets interminables en RER et des trains annulés toutes les 30 minutes nous raconte ses motivations et ses inspirations qui l’ont poussé à crée sa marque de sape, OG GEAR.

C’est autour d’une bière bien fraîche et sous un soleil écrasant que Ludo commence à m’expliquer qu’il a toujours été entrepreneur dans l’âme.
« J’ai toujours eu l’envie de créer. Que ce soit des choses artistiques, des fringues ou encore des blogs parlant de tout un tas de choses que j’aime ».

Il me raconte ensuite qu’il a déjà créé une première marque de fringues il y a quelques années, « In The Gang », mais qu’étant plus jeune et sans expériences, la motivation n’était pas au rendez-vous pour pousser le projet au maximum. Après ce premier essai il décide de revenir à une vie « normale » et travaille donc 2 ans chez Micromania avant de se rendre compte qu’il n’est vraiment pas fait pour ce mode de vie. « J’ai donc économisé et réfléchi pendant de longs mois à une nouvelle marque, puis l’idée d’OG GEAR m’est venue naturellement. »

Ludo commence ensuite à me parler de ces différentes inspirations, « étant grand consommateur de streetwear et de sneackers en tout genre, je me suis basé sur des marques que je portais, comme Carhartt, Vans, Supreme ou encore Palace. Je me suis également inspiré de marques moins connues telles que ALLIN ou Benibla, avec qui j’ai passé pas mal de temps. »

Il me raconte ensuite que la culture Asiatique et plus notamment Japonaise le fascine. Il a déjà voyagé plusieurs fois là-bas et m’explique qu’en terme de style et d’image, il s’est énormément inspiré du délire Japonais autour du tunning, d’où le logo en impression Glitter.

https://www.youtube.com/watch?v=VyOnpDM4o8Q

La musique fait également partie de sa vie, et me balance tout un tas d’artistes qui l’influencent au quotidien « J’écoute énormément de Trap, NightLovell, Xavier Wulf, Bones et bien d’autres encore sont des gars que j’écoute tous les jours. J’écoute également beaucoup de trap asiatique, il y a une vraie culture trap qui se développe là-bas avec des mecs comme Keith Ape, JayAllDay ou encore Kohh. Évidemment j’écoute beaucoup d’artistes Français comme Yuri J, Him$, O Boy, Retro X… »

Pourquoi OG GEAR ? Pourquoi ce nom ? « J’ai passé mon enfance à saigner Top Gear, l’utilisation de ce mot rappelle donc la partie tunning. Le mot OG, qui signifie Old Gangster, rappelle l’époque Hip-Hop des années 80 à 2000. Le mélange des deux m’est donc apparue tout logiquement ».

Nos verres se vident et l’entretien touche à sa fin, Ludo en profite pour me rappeler que la première collection est sortie le 2 juillet, « Je suis parti sur un truc assez basique pour ce premier drop, 2 tee’s et un briquet. Pour la suite, le but est de proposer une gamme de produits assez large, je ne vous en dit pas plus pour le moment mais on parle de pants, parka et d’autres truc bien cools ». Il rajoute également qu’il aimerait profiter de ce projet pour promouvoir des jeunes artistes.

« Ayant voyagé plusieurs fois au Japon et commençant à me faire mon petit réseau la-bas, j’aimerais promouvoir des artistes locaux en France, et inversement. »

https://www.oggear.fr/

Modeles : Korosu / Kayaah / Drewboi

Crédit Photo : Thomas Restout

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Thomas Restout

Thomas Restout

Photographe passionné depuis son plus jeune âge, Thomas écume la nuit parisienne depuis plusieurs années, armé de son appareil. Touche à tout et perfectionniste, il porte le projet depuis sa fondation en 2017.