40304821_547013942416252_9195506976233095168_n

Rencontre avec X&Trick, DJ et fondateur de Rave Alert

Le 29 septembre c’est en Belgique que notre équipe sera pour célébrer les dix ans de Rave Alert, à Ghent. Une programmation chargée avec plus d’une vingtaine d’artistes annoncés comme Yves Derupter, Manni Dee, Mr Gasmask, Jacidorex, Twan, les Casual Gabberz ou encore JKS et Mayeul, bien connus de la scène française. Nous avons eu la chance de rencontrer X&trick, DJ et fondateur de cette soirée qui s’annonce haut en couleur :

  • Présente-toi aux lecteurs du bruit de fond.

Je m’appelle Kenny, et mon nom d’artiste est X&trick. Cela fait 20 ans que je suis dans la musique.
J’ai commencé en tant que DJ lors de soirées que j’organisais. Après avoir mixé et réalisé mes propres sons, j’ai commencé à organiser beaucoup d’événements dont un que j’ai nommé Rave Alert, c’est actuellement mon plus gros projet, mon bébé ! Je viens d’une scène expérimentale, j’ai fais beaucoup de tournées dans un style qui était plus orienté Hardcore, et je faisais également du breakcore. Rave Alert était plus orienté sur ce style au début justement, mais j’ai toujours eu un faible pour la techno et l’acid.

  • Dis en nous plus à propos de ton travail, tes inspirations et ce qui a changé entre les années.

En tant qu’artiste, dans les années 90 en Belgique, ça a commencé avec le new beat et la techno belge comme sur le label R&S et dans des clubs comme le Cherry Moon. Tout était carré et « droit ». En 2000, les artistes sont devenus beaucoup plus expérimentaux et se différenciaient chacun par leurs propres styles jusqu’aux années 2010 à peu près. Ensuite la boucle s’est bouclée et on s’est remis a écouter les choses plus basiques comme maintenant. Je pense que la prochaine étape logique est qu’on va se remettre a expérimenter, car la musique fonctionne par cycle principalement.

  • Tu as eu l’occasion de jouer à Dour et aux Nuits Sonores, t’as une anecdote à nous raconter ?

*rires*

La première fois que j’ai joué à Dour, il y a 10 ans donc en 2008, j’ai fais le closing du samedi dans l’une des plus grandes scènes du festival, et c’était vraiment blindé de monde. Ce que je ne savais pas, c’est qu’il y avait mon frère de 18 ans dans la foule, et il a réussi à se glisser sur le devant de la scène, il l’a escaladée et m’a rejoint ! Une vingtaine de personne l’ont suivi, mes potes et même des gens de ma famille ! C’était complétement fou : un ami roulait un joint à coté de moi, un pote faisait des cocktails sur la table de mixage, c’était un énorme bordel et la sécurité était devenue folle ! C’est l’un de mes meilleurs souvenir. Je me rend à Dour en tant que spectateur depuis 1996, ça a toujours été un rêve de gosse d’y jouer.

Concernant les Nuits Sonores, la première fois que j’y ai joué, c’était en 2004 je crois, c’était la première fois que j’étais booké en partant en avion, je n’avais jamais pris l’avion en réalité, je
savais pas comment marchait un aéroport et j’ai raté mon vol…

  • Ton track du moment ?

Odd Shape de Jacidorex. Vous aurez l’occasion de l’écouter lors de son set à Rave Alert, je pense ! Jacidorex est un très bon ami à moi, j’adore ce qu’il fait. Il a réalisé, tout comme moi, son rêve de gosse de jouer à Dour cette année et j’en suis très content.

  • Parlons maintenant de cette Rave Alert de Ghent le 29 septembre, tu peux nous en dire plus ?

Oui, c’est le dixième anniversaire de Rave Alert, il y a eu 15 éditions. J’ai décidé de réorienter la direction de la soirée. Je pense que les jeunes sont encore plus intéressés par le concept de Rave Alert. Ça fait 10 ans que ça existe et c’est clairement la bonne année pour faire un très gros évenement.

Nous avons prévu trois scènes :

– Une scène qui sera plus du style Rave Techno qui s’appellera la Rave Invader Room

– La deuxième sera la Pinball Room avec plus de Hardcore. C’est la où joueront d’ailleurs Casual Gabberz, Hellfish vs DJ Producer et Marc Arcadipane notamment

– Une dernière que j’appelle la Local Heroes, celle où joueront les résidents de Belgique.

Il est très important de savoir que Rave Alert a toujours été une “concept party”, il ne s’agit pas seulement d’un endroit où on balance du son, on travaille toujours avec un thème, par exemple au nouvel an le thème était « Rave Circus », le 29 septembre ça sera un theme « Arcade », il y aura pas mal de décos et des extras assez fous, on travaille beaucoup sur ça.

  • Rave Alert existe depuis 10 ans maintenant, qu’est ce qui a changé ?

Au début, la Main Room était très Breakcore et Hardcore, la deuxième était assez expérimentale avec des artistes assez sombres, puis la troisième qui était la plus petite était Techno/Acid. C’est ça qui a changé en fait, la salle techno a évolué au niveau des proportions. Par exemple, Shinra qui est un artiste très expérimental, y jouera, tout comme Wan Bushi et Droon,  du break core très expérimental. J’appelle le public à découvrir de nouvelles choses, tout n’est pas uniquement techno. Donc ça n’a pas tant changé que ça, c’est juste que la taille des salles en fonction des styles de musique varient au fil des années.

  • Pour toi, quelle est la différence dans le monde de la nuit entre la Belgique et la France ?

Pour être honnête, j’ai joué pas mal de fois en France, et j’ai toujours trouvé que le public
français était réservé, c’était jamais la même énergie que lors de mes dates en Belgique. Mais ça a changé depuis quelques années, je trouve qu’il y a plus d’énergie qu’avant sur la scène française, les jeunes ravent vraiment, mais ce que j’apprécie aussi vraiment c’est de voir qu’ils ont beaucoup de respect pour la musique belge. Je pense maintenant que la différence est minime, ça se rapproche de plus en plus.

  • Et dans l’organisation, vous êtes combien pour préparer cet évenement ?

Pas beaucoup de monde en fait ! C’est surtout ma copine et moi. J’ai travaillé dessus seul pendant longtemps puis j’ai rencontré Esther, elle m’aide énormément, elle s’occupe surtout du côté administratif, de mon côté je peux me concentrer plus sur la programmation, line up et production. Mais depuis un certain temps, on a des amis qui nous aident sur la partie artistique et créative. C’est fou les idées complètements dingues qu’on peut avoir entre amis !

  • Combien de temps tu mets pour organiser un événement de ce genre ?

J’ai commencé à organiser cette édition juste après le nouvel an, donc au minimum six mois. Ça prend du temps, il faut penser aux idées, à la line up, à l’équipe, à l’endroit… On a commencé la promo et les préventes en juin, donc là ça devient vraiment plus intense. On a d’autres évènements qu’on organise en même temps, dont des events plus petits en club, comme Retro Alert par exemple. Avant on était juste a Ghent et maintenant on fait plusieurs villes comme Bruxelles ou Paris.

Retrouvez des à présent X&Trick sur facebook ici, ainsi que l’événement ici, qui aura lieu dans moins d’un mois maintenant !

Remerciements à Nikita Osadchiy pour l’aide à la traduction.